Mélenchon : autopsie d'un échec

Avis et débats

Inutile ami lecteur de vous poser la question de mon vote. Je vais répondre à la question directement, j'ai voté Mélenchon.

Forcément, le résultat des élections me déçoit. 

 

 

Libre à vous de considérer que mon vote a influencé ce que j'ai écrit ci-dessous. Mais clairement, je vais essayer d'être objectif et critique sur le candidat pour lequel j'ai voté.

 

Comme le billet est long, je vous mets un petit plan ^_^ : 

 

 

Introduction

Je ne suis pas un militant de la France Insoumise, je suis juste un homme de 35 ans (bordel déjà >_<), qui considère que le programme que JLM avait de réels points forts. Je n'étais pas en accord sur tous les points, et c'est presque normal. Jamais un programme ne sera parfait, et entièrement acceptable.

Des bonnes idées il y en a partout, impossible de toutes les retrouver au même endroit.

 

On sent depuis dimanche une crispation. La défaite est difficilement assumée et l'on commence à s'invectiver à propos du résultat et du rôle à jouer pour la suite. La tristesse et l'aisance d'expression sur les réseaux sociaux montrent bien à quel point les gens sont tendus et se renvoient sans retenue la responsabilité du résultat présent et à venir. 

Ambiance assez malsaine.

Mais c'est maintenant, dans la défaite, qu'il convient de faire en premier une auto-critique avant de lancer les foudres uniquement sur les raisons externes de cet échec même si elles existent.

 

Le résultat

Capture d'écran des résultats officiels (Google)

 

JLM, selon les résultats officiels, fait 19.6%. Il est déjà important de noter ce très beau score ! Je suis très content que l'effet Mélenchon n'ait pas été juste une bulle.

Nous sommes face à un réel mouvement de fond, qui a conquis une belle partie de l'électorat. Malheureusement, cela n'a pas été suffisant.

 

Quelles sont les raisons de cette défaite ? Qu'a t-il manqué à la France Insoumise pour passer le cap du 1er tour ? d'où vient l'écart entre les 2 premiers et JLM ? etc.

Autant de questions que beaucoup se posent, et je vais apporter mes réponses, qui n'ont aucune valeur de vérité. Ce n'est qu'un avis, le mien, qu'une analyse sur un premier tour si particulier.

 

Les points ci-dessous correspondent, pour moi, aux raisons principales de la défaite de JLM.  Il n'y a pas d'ordre d'importance : la raison 1 n'est pas la principale.

 

Raison N°1 - La division de la Gauche de la Gauche

La Gauche ... Rien que le mot m'assomme.

Les divergences sont telles dans ce bord politique, que l'on se demande si certains ne sont pas schizophrènes ... Entre le Parti Socialiste qui n'a de socialiste que le nom et la Gauche de la Gauche aussi divisée qu'un chien fou entre ses jouets, forcément, ce côté de l'échiquier partait avec des difficultés.

 

 

 

JLM a réussi à regrouper partiellement la Gauche de la Gauche en aspirant le NPA et le Parti Communiste. Partiellement, tout est dit :  le souci est dans l'incomplétude.

Il est aberrant de trouver à côté de la candidature de JLM, deux autres partis de Gauche dits révolutionnaires, représentés par Poutou et Arthaud.

On a déjà une perte de quelques pourcentages de voix... Cela peut paraitre ridicule, mais à la fin toutes les voix comptent.

 

Le principal problème de Mélenchon sur son aile gauche vient justement de ne pas avoir réussi à regrouper toutes ces forces pour faire un bloc commun.

Ce fameux front de Gauche, dissolu depuis 2016, n'a jamais réussi à réprésenter totalement cette Gauche complexe en raison de guerres de clochers. Pathétique.

 

Le problème est celui du militantisme idiot, celui qui vous donne envie de ne plus entendre parler de politique : cet extrême est rongé par ses convictions totalitaires (anti-patronat, anti-Europe, anti-tout -_-), et n'accorde aucun crédit aux idées plus modérées. Résultat, ils n'obtiennent jamais rien, n'arrivent jamais à se parler et ont totalement perdu le monde ouvrier, qu'ils sont censés représenter. 

 

C'est triste à en pleurer.

 

Raison N°2 - La haine du PS

A sa droite, JLM avait le PS. Nous sommes face à un conflit total entre lui et le vieux parti de la rose, et notamment Hollande et ses amis.

 

 

Cette problématique historique a coûté cher à la France Insoumise. Et c'est là, à mon sens, une des plus grosses erreurs de JLM.

Loin de moi l'idée de devoir faire des consensus avec tout le monde, mais à la vue de la primaire, et de l'élimination de Hollande via la candidature de Manuel Valls, et à la vue de la victoire de Hamon, JLM aurait dû discuter bien plus avec cette partie du PS proche de lui à plus d'un titre.

A cause des ces vieilles querelles, il a préféré tourner le dos à l'un de ses alliés potentiels.

 

Ils ont tout de même réussi à signer un pacte de non agression. On croit rêver. Bien la preuve qu'ils ne voulaient pas se marcher dessus, pour mieux avancer, mais dans le même sens... Ils avaient une grande partie de leurs programmes en commun, et des divergences assez faibles. La bêtise des égos, et sa volonté de détruire le PS a en partie causé la perte de JLM.

 

La faute est commune. Benoit Hamon ayant à plusieurs reprises tenté de se rapprocher et d'ouvrir le dialogue, mais il a trouvé porte close. Notre petit Benoit n'est pas en reste car Il aurait dû voir venir, ou a minima comprendre que le vent tournait violemment vu sa chute dans les sondages.

La seule solution viable pour l'élection à ce moment précis, le PS étant déjà en ruine, était de rejoindre la France Insoumise.

 

Hamon ayant été lynché par ses anciens amis qui ont tous fuit comme des rats pour se porter au côté de Macron, cela a terminé de disperser un réservoir de voix déjà affaibli qui au final n'a servi à rien, mis à part atteindre les 5% pour faire rembourser la campagne du PS...

 

 

Les élections ne sont pas de simples additions arithmétiques, mais regroupez même partiellement les voix pour Hamon, plus les petits de Gauche et les presque 20% de JLM, et vous avez un score qui passait au moins en second position.

 

Un beau gâchis.

 

Raison n°3 - La perte continue des classes populaires

Il est intéressant d'analyser les votants de La Fance Insoumise.

On y trouve peu d'ouvriers. Est-ce la faute de l'extrême gauche qui n'est plus audible par ces électeurs comme je le disais précédemment ?

Pour moi la vérité est ailleurs...

 

 

JLM a clairement conquis une bonne partie de la jeunesse. Il arrive en tête des 18-24 ans, les écologistes, une partie des jeunes cadres. Bref, une jeunesse élargie et moderne.

Et les ouvriers dans tout ça ? A-t-il été aussi audible chez les ouvriers ? Rien n'est moins sûr.

 

Phagocyter l'extrême gauche réduite à peau de chagrin, aspirer une partie des déçus du Hollandisme, étaient de biens belles perspectives, mais oublier le coeur de cible de la gauche historique, celle qui se sent délaissée depuis des années, son réservoir de voix était là !

Dans cette France ouvrière moins bobo, moins écolo, moins urbaine, mais sensible aux discours comme seuls JLM peut faire. Il est hallucinant de voir que 47% des ouvriers ont voté Extrême Droite !

 

Que l'on s'entende. Je ne dis pas qu'il n'est pas allé chercher ce vote ouvrier. JLM a progressé sur cette population.

Selon moi il n'est pas allé assez loin dans cette démarche, laissant la voix populiste de Le Pen continuer à s'installer dans cet électorat. Un problème que la Gauche n'a pas réussi à résoudre depuis des décennies.

 

Prendre seulement 17% du vote ouvrier, c'est assez dommageable.

 

Raison n°4 - Le poids des média

On arrive à mon point préféré !

Pour ceux qui me connaissent, ils savent la quasi haine que j'ai pour les journalistes actuels. Je n'ai rien contre la profession, j'ai juste une haute image de la fonction, que peu de journalistes honorent à mes yeux.

Et si l'on parle des grands médias, ou médias de masse, on touche à la "tartufferie".

 

 

Là encore, quel rapport avec JLM ?

C'est simple : un traitement médiatique hallucinant pro Macron qui a desservi tout le monde sauf l'intéressé. 

Mais également une campagne de désinformation en fin de campagne, ou plutôt de volontaire incompréhension de certaines lignes du programme, notamment celles qui parlaient de l'alliance bolivarienne.

 

Une ligne dans un programme si long, mais une ligne si symbolique. Pour celui qui a pris le temps de lire et d'écouter JLM à ce sujet, les explications étaient limpides. De la part de journalistes censés s'être un minimum intéressés aux sujets sur lesquels ils écrivent, on atteint une malhonnêteté intellectuelle hallucinante.

 

Cette phase s'est déroulée quelques jours avant l'élection dans un climat où une grande partie des Français n'avait pas fait son choix, il est fort possible que cet aspect journalistique de la campagne ait eu un effet sur les votes.

 

On touche ici à un problème fondamental des programmes politiques. A vouloir mettre des milliers d'idées de plus ou moins grande importance, on se heurte à de potentielles polémiques moisies.

Que l'idée de ce rapprochement avec l'ALBA soit bonne ou pas n'est pas la question. Cela aurait très bien pu être une proposition plus tard, à l'assemblée, comme de nombreuses lois proposées en dehors de tout programme électif.

 

La France insoumise avait-elle besoin d'avoir cette ligne dans son programme ? J'en doute sérieusement surtout quand on connait le passif médiatique de Mélenchon, parler de près ou de loin de Chavez et consors, c'est vraiment une erreur de communication.

 

Raison n°5 - Macron, le vote utile

Le fameux vote utile.

On aura entendu maintes fois cette expression ces dernières semaines : cette idée qu'il fallait voter pour un candidat qui pourrait vraiment créer une opposition au FN au second tour.

 

 

La bêtise de ce raisonnement induit une acceptation directe du FN au tour suivant. Désolé, mais on peut imaginer une élection sans eux ! Cela sentirait moins mauvais.

 

Les candidats utiles étaient, en gros, Macron et Fillon. Laissez-moi rire. Ces deux candidats représentaient tout ce que l'on a eu politiquement depuis 30 ans. Et vous allez nous faire croire qu'ils ne sont pas partiellement la cause de cette montée extrémiste  ?

 

La peur de la gauche un peu plus radicale (et encore il faut le dire vite), très souvent diffusée par les "commentateurs politiques", ces fameux experts en expertise qui arrêtent de se tromper uniquement quand ils vont pisser et se taisent, ne fait que renforcer ce frein au changement.

 

Le plus drôle, si l'on peut dire, c'est que ce vote utile est le carburant de la montée du Front National. Les fameux candidats utiles n'ont été que les artisans d'une stagnation voire d'une régression pour beaucoup de Français, les laissant seuls face à un paysage politique sans issue : la Droite a échoué, la Gauche a échoué, l'extrême gauche sent trop le gaz pour une France frileuse, résultat, il ne reste que le fond de la cuve. 

 

Décidemment, avaler des couleuvres, il faut croire que les Français aiment ça.

 

Raison n°6 - Le personnage Mélenchon

Point qui ne plaira surement pas, mais le plus gros problème de Mélenchon, c'est Mélenchon.

Mélenchon est un mec brillant, intelligent, cultivé et surement ce qui se fait de mieux en terme d'esprit dans le monde politique actuel.

 

 

Mais Mélenchon c'est aussi un mec hargneux, colérique, énervé en permanence. Peut-on en vouloir à quelqu'un sur ce thème ? Sur le plan personnel non, cela fait partie de sa personnalité. Sur le plan professionnel c'est plus discutable.

Quand on aspire à devenir le leader d'un changement, on se doit d'être plus consensuel dans son image.  Cela ne veut pas dire renier ses idées. Cela veut simplement dire être plus neutre dans ses réactions, et moins épidermique.

 

Il n'a pas été audible pendant des années en raison de cet aspect de sa personnalité. On peut avoir de belles idées, si on est incapable de se faire entendre, ces idées s'envolent avec le vent.

Incroyable le nombre de personnes que j'ai entendu dire avec les années : "Mélenchon, il a de bonnes idées, mais je ne l'aime pas il braille tout le temps".

 

On peut critiquer les gens qui limitent leurs choix politiques à l'aspect extérieur d'un homme ou à ce coté affectif, mais peut-on réellement considérer que ces gens ont tort ? Nous sommes tous libres de choisir et de penser. La faute n'est pas à la personne qui écoute, mais à la personne qui parle. Elle doit s'adapter à son public et trouver les leviers pour les convaincre.

 

Je pense qu'une partie de cette France indécise, déçue du Hollandisme, et intéressée mais critique envers cette nouvelle Gauche de la France Insoumise, a décidé de ne pas choisir Mélenchon en raison de cette image malgré un intelligent changement d'axe de communication depuis presque 2 ans.

 

N'oublions pas que, comme le veut la tradition, "L'élection présidentielle est la rencontre d'un homme et du peuple". Si le peuple a des doutes sur vos capacités à voir le monde de manière calme et posée, vous aurez du mal à le convaincre.

 

La peur est le plus pertinieux des sentiments, et le plus difficile à combattre.

 

Raison n°7 - Changement d'axe de communication tardif

On l'a senti ce changement ! 

J'ai vraiment apprécié ce nouvel aspect de la campagne de JLM tellement l'aspect décrit dans le point précédent m'interrogeait sur sa capacité à rassembler. 

 

Ce virage a été opéré bien trop tardivement (il y a à peine 2 ans environ). Quand on voit la progression dans les sondages, et la montée en puissance qui s'est opérée après ce changement, on peut vraiment se dire que JLM a eu raison de changer.

 

Je ne peux m'empêcher de penser que si cet homme pourtant si intelligent ne s'était pas enfermé dans son personnage de gauchiste grincheux, il aurait pu aller bien plus haut.

 

Un vrai changement mais trop tardif ...

Conclusion

La déception est grande pour beaucoup de monde, mais il faut que cette défaite serve à construire quelque chose de plus grand et de plus efficace en trouvant les solutions aux points énoncés ici et ailleurs.

Il est nécessaire que la France Insoumise débouche sur un parti ou sur une entité porteuse de revendications car les idées soutenues sont, pour moi, en partie celles dont le pays a besoin pour un changement nécessaire.

 

Le quinquennat qui vient, quel que soit le résultat, ne donnera surement rien de bon pour une partie de la population.

On verra ce qu'il en sortira, bien malin celui qui peut prédire les futures scores. 

 

Il est nécessaire de continuer à se contruire une alternative forte et collective, et surtout audible au plus grand nombre.

 

 

 

Galeries photos

Les commentaires (0)

Déposer un commentaire
...veuillez patienter...
Les champs marqués d'une * sont obligatoires
Votre commentaire a bien été enregistré. Il sera validé très prochainement.
Aucun commentaire disponible. Soyez le premier à donner votre avis !