Les braises de la haine

Avis et débats

En un mot, fatigué.

Fatigué de tout.

Fatigué de lire et voir semaine après semaine, mois après mois, les mêmes abjections.

Fatigué de voir un monde qui s'autodétruit sous couvert de pensées liberticides et malsaines.

Fatigué de cette haine gratuite qui ne s'assume même pas au point de se faire sauter plutôt que d'affronter ses "ennemis".

 

Heures sombres

Je me suis couché hagard et réveillé nauséeux. J'ai regardé en boucle à la télé et écouté sur les radios depuis 22h hier soir pour tenter de comprendre ce qu'il se passait.

J'ai rafraichi presque frénétiquement les pages des journaux et des réseaux sociaux face à mon incrédulité.

 

Je connais peu de personnes à Paris mais la douleur est la même, et l'inquiètude m'a pris pour les quelques proches qui auraient pu se trouver dans ces lieux.

Dans ces moments, le conditionnel est lourd de sens, et ne nous donne que des frissons.

 

Etrange sentiment que celui d'avoir une boule au ventre, un noeud à la gorge, et la joue humide. Ce moment où la tristesse t'innonde.

 

Face à un déferfement d'images violentes, un mot, pourquoi ?

Même si il est inutile de trouver un sens à des actes qui n'en ont pas, ce questionnement peut aider à garder les pieds sur terre, contrairement à ces assassins qui ont depuis bien trop longtemps, quitté le sol de la raison.

 

La lacheté de ces hommes est le reflet de leur ignorance et de leur perdition : attaquer en traitre, des personnes sans défense, voici une belle vision de la lutte. 

Il est bien loin le temps où l'honneur contre l'oppression avait ce respect propre au combat. 

 

Que faire face à l'inacceptable, à part, au bout d'un temps, l'accepter.

Accepter ne veut pas dire plier, mais retourner à nos vies en espérant que le vent tourne et arrête de souffler sur des braises de haine déjà bien trop chaudes.

 

Résistance

Plus de 100 morts. Tout ça pour rien, pour des guerres au sens plus que douteux.

La France se bat au quotidien pour porter son message de liberté depuis des des décennies et pour porter le principe d'égalité et de liberté pour tous, où qu'il soit dans le monde.

 

Et en ça je crois, et je porte en moi cette fierté d'avoir au sein de mon pays des valeurs comme celle là.

Mais il est temps que le monde entier se réveille. Que les pays les plus proches des conflits prennent leur responsabilités tant sur le plan du combat que sur la gestion des conséquences de ces guerres.

 

Nombreuses sont les paroles et citations qui prônent la non-violence et le dialogue : des pensées pleines de bon sens et à méditer.

Mais dans certaines situations, et c'est présentement le cas, les mots ne suffisent plus.

 

La réthorique et la diplomatie n'ont pas d'emprise sur l'esprit d'un illuminé.

Un illuminé ne croit qu'en l'incandescence des ses idéaux qu'i porte au plus profond de son esprit. La seule solution face à la violence qu'il propose, est de couper cette lumière.

 

Ici et ailleurs

Il est toujours plus difficile de supporter des faits de violence près de chez soi. Il est presque normal de se sentir plus touché par ces actes à Paris qu'ailleurs dans le monde.

Mais n'érigeons pas simplement ces attentats à travers un symbole commun sur les réseaux sociaux.

 

Le mal est bien plus profond que ça.

 

Partout dans le monde, des gens subissent ces mêmes violences presque régulièrement, et au final tout le monde s'en moque.

La faiblesse de nos réactions, l'acceptation passive face à ces actes distants a permis à ces abrutis de s'installer petit à petit et d'installer dans le paysage leur barbarie.

 

Réveillez les consciences des endormis autour de vous. L'autruche a pris un nouveau coup, il est grand temps qu'elle sorte la tête du trou.

 

 

 

Galeries photos

Les commentaires (0)

Déposer un commentaire
...veuillez patienter...
Les champs marqués d'une * sont obligatoires
Votre commentaire a bien été enregistré. Il sera validé très prochainement.
Aucun commentaire disponible. Soyez le premier à donner votre avis !